Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

« L’innovante transgression de la mise en fiction de soi. Les exemples de Riwan ou le chemin de sable (1999) de Ken Bugul et Stupeur et tremblements (1999) d’Amélie Nothomb »

Le néologisme autofiction s’est voulu un concept de réflexion sur les différentes modalités d’investigation de la mise en scène de soi à l’image de celle prônée par le Nouveau Roman. Pourtant, très vite, les interprétations de cette nouvelle forme d’autoreprésentation ont favorisé l’émergence de nouvelles modalités dans la scénographie de l’histoire intime. Cet article se propose donc, en s’appuyant sur l’oeuvre de Ken Bugul, Riwan ou le chemin de sable (1999), et sur celle d’Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements (1999), d’analyser comment s’énoncent les nouveaux procédés de mise en scène de soi. Ces deux auteurs, plongés dans des univers plus ou moins étrangers, esquissent une nouvelle forme de se voir et de se dire qui renouvelle la pratique autobiographique et remet en cause la quintessence de certaines théories qui ont conféré au genre ses lettres de noblesse.


Auteur(s) : Moussa SAGNA
Pages : pp. 234-245.
Année de publication : 2016
Revue : Revue de Littérature et d’Esthétique Négro-Africaines
N° de volume : vol. 2
Type : Article
Mise en ligne par : SAGNA Moussa